Ce site fonctionne avec des popup. Merci de désactiver vos bloqueurs durant votre visite.

SALAN DELEGUE GENERAL EN ALGERIE
15.00 €
7.50 €
-7.50 €
REDUCTION : -50.01%

SALAN DELEGUE GENERAL EN ALGERIE

x825 ()
Partager :

LA FIN DE L'ILLUSION

Par J. Valette. 103 p, 23 x 15 cm, broché. Ref. 05INDO212

Après l'investiture de De Gaulle comme président du Conseil, le général Salan est confirmé dans ses fonctions de délégué général du gouvernement en Algérie. Pendant quelques mois, il s'efforce de poursuivre la lutte contre la guerre subversive du FLN, en l'appuyant par les réformes qu'avait initiées le ministre Robert Lacoste avant le 13 mai 1958. Il s'agit de multiplier les signes de l'intégration de l'Algérie dans la France métropolitaine par la réforme des collectivités territoriales, par le collège électoral unique, par le vote des femmes musulmanes et enfin par l'élection des députés. Seule une politique dynamique de développement économique pourra faire reculer la pauvreté et permettre l'émergence d'une " nouvelle élite " musulmane attachée à la France. Mais le gouvernement ne le suit pas. C'est ce que révèlent les archives du général Salan, au travers desquelles on assiste à la rapide distorsion entre les objectifs officiels du délégué général et les ambiguà¯tés de l'entourage du chef du gouvernement. N'ayant qu'une interprétation restrictive de la notion d'intégration, De Gaulle modère en effet le succès des grandes consultations populaires. Enfin le général Salan comprend que le Plan de Constantine, objet médiatique pour le gouvernement, ne portera jamais ses fruits, faute d'être financé entièrement. On voit ainsi le début d'un drame, la fin " de l'illusion " dont Salan se faisait le champion.